Et si la paix commençait en nous ?

20140301_154345_2-1Il s’est passé des choses difficiles en France la semaine dernière. Beaucoup de  personnes ont vécu la tristesse, le chagrin, la colère et l’’impuissance  suite à cela.

Je me faisais la réflexion suivante : suite aux attentats du 11 septembre 2001 aux USA, beaucoup de manœuvres de répression, de lutte contre les terroristes ont été mis en place et pourtant, il me semble que cela n’a pas changé grand-chose. Je constate que la violence est toujours là et a même augmenté (c’est du moins mon impression générale).

Alors, comment faire ? Sommes-nous condamnés à subir, à attendre sans rien pouvoir faire qu’un autre attentat se déroule peut être et nous touche nous ou des gens que nous aimons ?

 

Il me semble, et c’est la réflexion à laquelle je suis arrivée (et je peux me tromper), que la seule façon que nous avons d’agir sur cela est d’installer la paix en nous.

Le simple fait de penser cela me redonne du « contrôle » sur la situation. Je ne me sens plus victime impuissante qui attend mais créatrice de mon avenir.

Il me semble que la paix commence en nous, là où nous sommes. C’est du moins le challenge que je me suis fixée :

vivre la  paix au quotidien, dans ma maison, dans mes relations, à chaque moment de la journée.

Pour cela j’accueille toutes mes pensées et émotions négatives de colère, d’impuissance, d’injustice, de chagrin… Je me prends dans les bras avec toutes ces parties de moi.

Ensuite je choisis la paix même si je ne sais pas comment (point zéro) et je démarre ma journée avec cette intention. Lorsque je sens la colère poindre contre quelqu’un, j’accueille cette émotion. Puis je remercie la personne en question d’avoir été le déclencheur me permettant de libérer cette colère.

Je fais de même avec toutes les émotions qui me traversent.

Pour accompagner cela, j’utilise des outils qui, je trouve fonctionne à merveille :

A ce propos, dans son livre, « Aimer ce qui est », Byron Katie a fait le travail (nom donné à sa méthode) avec une personne terrorisée pour elle et sa famille après les attentats du 11 septembre à New York. Je vous invite à le lire c’est extrêmement aidant.

Pour tout vous dire, j’ai de quoi faire car je m’aperçois que je ne suis pas  en paix  tout au long de la journée.

Petite précision : pour moi la paix est différente de l’amour. Je peux me sentir en paix sans ressentir l’amour. Je ne suis pas « obligée » d’aimer les choses difficiles mais je peux me sentir sereine par rapport à cela.

Je prendrais pour exemple un abcès aux dents que j’ai eu lors de mon adolescence.

Me fait-il encore souffrir ? Non.Mais je m’en souviens.

Est-ce que j’ai de l’amour par rapport à cet épisode de ma vie ? Non, mais je suis en paix !

Je vous souhaite le meilleur !