Et si la maladie n’était pas ce que vous croyez !

Dans vivresestalents.fr, Marie Christine Provost parle des clés de l'autolibération et de l'aide que ce livre lui apporte dans sa recherche de santé parfaite.
Les clés de l’autolibération, un livre de « décodage » des maladies

J’ai fait pendant très longtemps l’expérience de la maladie et je  suis maintenant en parfaite santé.

J’ai envie de partager avec vous quelques points que j’ai développés pendant cette période qui a duré tout de même plusieurs années

Note : je ne vous donne que des informations et qu’en aucun cas ce que je vous dis ne  dois vous faire « oublier » l’avis de votre médecin.

Je ne pose pas de diagnostic ni ne propose de traitement. Je partage simplement mon expérience et je vous suggère de voir si cela résonne pour vous et surtout de suivre votre libre arbitre.

En ce qui me concerne, je pense que les problèmes de santé physique sont issus de conflits entre notre Moi Divin et notre partie humaine.

Selon ma croyance ils m’indiquent qu’il y a une ou plusieurs situations de ma vie qui ne sont pas « ajustées ».

Le lieu de la maladie est également « un signe » car pourquoi un problème de genoux plutôt que de hanches par exemple ? Ou pourquoi un problème aux dents plutôt qu’ailleurs ?

Dès qu’un « problème » de santé se manifeste dans ma vie (même s’il s’agit d’un rhume, d’une grippe, d’un « coup de froid » ou autre) je m’intériorise et me pose la question :

« Quelle est la raison d’être de ce que je vis actuellement ? »

Et j’attends la réponse.

Parfois, mon corps à simplement besoin de se reposer, d’éliminer un surplus de toxines : dans ce cas je l’écoute et l’accompagne dans ce sens (sieste, bains dérivatifs, huiles essentielles…)

D’autres fois, je perçois quelque chose de plus « profond » et je sens qu’il faut que je « creuse » un peu pour trouver la cause. Quand je suis dans cette situation là, il est évident que j’ai une partie de moi  qui n’a pas envie de guérir et qui veut rester dans le déni.

Je m’accorde du temps et de l’attention et je vais « regarder » encore plus à l’intérieur de moi.

Marie Christine Provost parle dans vivresestalents.fr de son utilisation du livre : "Le grand livre des malaises et des maladies"
Ce livre est une grande aide pour décoder l’origine d’un malaise

  Si j’ai besoin je me fais aider des livres « Les clés vers l’autolibération » ou « Le Grand dictionnaire des maladies »  pour trouver le décodage qui correspond à la partie de mon corps concerné et je ressens ce qui résonne dans mon expérience.

 LE PARDON : UNE ETAPE ESSENTIELLE

Ensuite, dès que j’ai l’information, j’ai le plus souvent une étape de pardon à faire : en effet, j’ai remarqué chez la plupart des gens  (et moi aussi mais cela tend à disparaître avec la pratique) nous nous sentons coupables d’avoir tel ou tel comportement (mais si nous avions pu faire autrement Nous  l’aurions fait, n’est ce pas ?).

Je m’intériorise encore plus et je vois quels sont les avantages positifs que je retire de cette situation !

Et oui, il y en a toujours ! Je vous entends déjà pousser des hauts cris surtout si vous avez une santé critique ! Loin de moi l’idée de vous choquer mais je vous garantis qu’il y a une intention positive à notre problème et que souvent rien que le simple fait de l’évoquer nous choque. Et pourtant, en reconnaissant cela, en nous donnant du soutien, en nous aimant inconditionnellement nous pouvons accueillir ce que nous sommes totalement  et accéder plus facilement à une santé parfaite.

Ensuite j’utilise des méthodes dont j’ai parlé dans ce blog :

 Byron Katie,  la méthode Sédona ,  tape tape commande de Sophie Merle, ou le ho oponopono, le point zéro (ou tout autre moyen que vous connaissez).

Ceci afin de libérer les croyances, émotions et mémoires liées à cette souffrance.

Puis je mets en place des moyens physiques qui me semblent convenir :

 visite chez le médecin, changement de mon alimentation,  faire plus de sport…

EXEMPLE CONCRET :Je vous donne un exemple concret parmi tant d’autre: J’étais invitée chez des amis et n’étant pas très en contact avec mes besoins et mes envies, j’avais acceptée l’invitation sans vérifier si cela me convenait vraiment.  Plus la date approchait et plus je me sentais mal. En m’intériorisant j’ai vu en fait que ce dont j’avais envie c’était de rester chez moi, tranquille et bien au chaud… Comment faire ? J’avais donné mon accord et mes amis comptaient sur moi ! Je ne savais plus comment sortir de cette situation… Puis mon corps a commencé à ressentir des symptômes grippaux !  « Super, j’ai enfin une bonne raison de me désister » ai-je pensé !

Quand tout à coup, je me suis aperçue que de rester au lit avec une grippe n’était pas l’idéal dont je rêvais.

J’ai alors pris mon courage à deux mains et j’ai téléphoné à mes amis pour me désister… Ils ont parfaitement compris la situation et moi je n’ai pas eu à tomber malade… Quasi immédiatement, mon corps s’est rétabli ! J’ai pu rester chez moi, douillettement installée.

Ceci étant, en vous intériorisant, vous aurez peut être accès à cette partie de vous qui ne veut pas guérir, ou qui a peur d’être en parfaite santé. Surtout ne la brusquez pas ! Accueillez-vous avec cela et donnez-vous tout le soutien et l’amour dont vous avez besoin. Vous pouvez utiliser le point zéro pour cela en déclarant quelque chose comme  « Je choisis de me sentir en parfaite santé même si j’ai des parties de moi qui ont peur  » ou »Je choisis d’expérimenter la santé même si je ne sais pas comment » ou bien « Je choisis d’utiliser toutes mes parties qui freinent et résistent pour manifester une bonne santé »

PENDANT DES ANNÉES JE N’AI PAS ÉCOUTÉ MES BESOINS 

Je répondais quasiment toujours oui à une sollicitation extérieure sans  écouter ce que j’avais réellement envie (et qui différait souvent de ce que je croyais que les gens avaient envie que je fasse). J’ai du plusieurs fois me désengager car mon corps me faisait sentir mon manque de justesse. Maintenant, je prends toujours le temps de vérifier ce que je souhaite vraiment et de suivre ce qui est bon pour moi.

La phrase toute simple que j’utilise (mais dont je n’avais aucune idée par le passé) est :

« Merci pour ton invitation. Je vais prendre le temps de réfléchir et je te donnerai ma réponse !»

Lorsque j’ai une « obligation » à laquelle je me sens d’aller : si je suis invitée à un mariage de quelqu’un de la famille par exemple, je vérifie comment je me sens. Parfois j’aimerais mieux rester chez moi et en même temps j’ai envie de retrouver toute ma famille.  Je fais alors un choix en conscience : soit je reste chez moi et je me sens bien avec cela, soit j’y vais et je choisis d’y aller pour moi et non pour les autres. Cela me permet d’être totalement là et présente au choix que j’ai fait.

Si je perçois que je commence à tomber malade suite à ce choix je vérifie à nouveau à l’intérieur de moi ce qui est bon que je fasse. Si l’idée d’aller à cette réunion est plus importante que celle de ne pas y aller, j’y vais…. Mais j’arrête dorénavant de me plaindre et de souffrir. De toutes façons j’ai toujours le choix : d’y aller ou pas… personne d’autre ne l’a à ma place… Il est évident que dans les deux cas j’aurais des avantages ou des inconvénients ! En fait je prends dorénavant la responsabilité du choix que je fais et de ses conséquences !

LA LOI D’ATTRACTION

Je pratique encore plus consciemment la loi d’attraction : plus vous pensez à ce que vous voulez, (ou pas) plus vous l’obtenez.

Donc si vous ne voulez pas  vivre la maladie et que tout ce que vous faites est en rapport dans le fait d’éviter cela, vous l’attirez.

Si nous voulons expérimenter la santé, nous devons « vibrer » santé et cela passe en premier par le fait de ne PAS PARLER DE NOS PROBLÈMES.

C’est difficile car pour l’avoir vécu, je voulais que les gens comprennent dans quel état de souffrance j’étais (je voulais aussi qu’ils admirent quelle personne courageuse j’étais mais je ne l’aurais surement pas avoué) et j’éprouvais une sorte de satisfaction intérieure à parler de cela…. Cela m’a demandé un effort d’y renoncer mais il m’est apparu clairement que je ne pouvais pas demander la santé et continuer à entretenir la maladie par la parole !

Parfois,  nous avons besoin de faire l’expérience (même dans l’idée) de situations qui nous paraissent difficiles  (opérations, maladies graves) car cela nous permets de comprendre beaucoup de choses dans un laps de temps court. Ce n’est pas forcément un échec de vivre cela mais parfois l’opportunité de vite évoluer;

Ne vous associez pas à votre problème 

Je vous invite aussi à ne pas vous associer à votre problème. Beaucoup de personnes disent :

« Ma maladie, mon arthrite à l’épaule, Ma…. »

En utilisant cette formulation vous devenez le possesseur de votre problème. Je vous suggère d’utiliser plutôt :

« La maladie dont je fais l’expérience, l’arthrite que j’ai à l’épaule, la tendinite qu’a mon poignet… »

Cela parait « se couper les cheveux en quatre » mais il n’en est rien. Vibratoirement parlant vous n’êtes pas dans la même expérience !

Ceci étant je suis époustouflée de voir combien notre corps récupère vite lorsque nous avons compris « la cause profonde » de notre douleur.

Gardez confiance, vous avez toutes les informations en vous et les aurez en temps utile mais pour cela  vous devez les demandez et être prêt à les recevoir.

Sachez – et je parle par expérience – que ce qui peut nous sembler des épreuves sont en fait des moments de libération importante.

Sachez aussi, et je l’ai vérifié plusieurs fois, que nous n’avons pas d’épreuves ou expériences plus dures que nous pouvons en supporter. Cela signifie que nous avons tout le potentiel pour guérir.

Je vous souhaite une merveilleuse année 2014 et surtout une bonne santé !

4 réflexions au sujet de « Et si la maladie n’était pas ce que vous croyez ! »

  1. Bonjour Marie Christine

    votre expérience m’a totalement subjugué Vous venez de me révéler des vérités époustouflantes
    dont,je vais essayer de mettre en pratique J’ai essayé beaucoup de chose sans vraiment de résultats
    significatifs y compris ho oponopono, les pensées positives etc
    Merci pour ces informations très précieuses que je vais faire suivre à des personnes qui recherchent
    le chemin de la guérison et du bien être
    Puis je vous poser une question: Que pensez vous des bains dérivatifs et des bains huile bouche
    Est -ce sérieux ou des blagues
    Jean

    1. Bonjour Jean

      Merci pour votre commentaire. Je suis ravie que cet article puisse vous aider.
      Le chemin vers la santé parfaite n’est pas linéaire et ne se déroule pas toujours aussi vite que nous le voudrions car il peut y avoir plusieurs aspects dans le fait que nous soyons malade.
      Ce n’est pas parce que les résultats ne sont pas significatifs qu’il ne se passe rien… Au départ, l’évolution vers un mieux être peut être fulgurante puis sembler s’arrêter voire parfois régresser.

      Cela peut signifier plusieurs choses :
      – soit, tel un oignon, nous avons plusieurs « couches » à éliminer par rapport à ce problème donné. Ce n’est pas linéaire comme nous pourrions le penser. Nous ne pouvons pas dire (en fait nous le disons souvent mais cela ne fonctionne pas ) :
       » je fais telle chose et j’ai libéré tel problème, cela devrait aller… »
      Cela peut marcher dans certains cas mais pas toujours…
      – Soit nous atteignons la résistance en nous et la souffrance cachée plus profondément . Du coup nous avons un « blocage » intérieur qui nous empêche d’aller plus loin vers notre santé parfaite car cette partie de nous a trop peur d’être exposée et de souffrir encore plus. (Ce que je recommande : l’acceptation, l’amour, le soutien à cette partie, se mettre en relation avec elle de la façon la plus facile pour nous…).

      C’est pourquoi en nous concentrant sur la santé parfaite, nous ne pourrons que l’obtenir même si nous ne savons pas quand, et nous serons guidés pas à pas par notre intuition pour savoir ce qui est bon pour nous.

      Je préconiserai à toutes les personnes qui lisent ce message de se concentrer sur les améliorations même infimes, même imperceptibles qu’elles remarquent à propos de leur santé car souvenez-vous, vous créez ce à quoi vous pensez le plus souvent… Donc en vous concentrant sur ce qu’il y a de mieux même si c’est à peine visible, voire quasi invisible, vous finirez par remarquer encore plus de changements positifs.

      Pour répondre à vos questions :
      Les bains dérivatifs fonctionnent vraiment et absolument. France Guillain (www.bainderivatif.fr) est quelqu’un de très « scientifique », cartésienne, avec un solide bon sens. Je vous invite à lire ses ouvrages et/ou la voir en conférence car tout ce qu’elle dit est étayé de manière scientifique. Elle peut expliquer de manière concrête avec des exemples et des résultats de recherches médicales le pourquoi du comment.
      Personnellement je suis plutôt une personne intuitive et je « sais » quand quelque chose fonctionne et est bon pour moi grâce à une sorte de radar interne. Je vous confirme que les bains dérivatifs fonctionnent ne serait ce que par mon expérience;
      Les bains de bouche à l’huile : j’ai testé de grands changements au niveau des dents et des gencives (voir mes commentaires à ce sujet), par contre pratiquant aussi d’autres techniques dont les bains dérivatifs, je n’ai pas eu autant d’effets positifs que mentionnés dans l’article. Ceci étant je les pratique pour mon plus grands bien être très souvent (je fais parfois des pauses).

      Belle santé à vous !

        1. Bonjour
          Je ne sais pas. Ecoutez votre intuition. Il y a toujours un principe de précautions pour la grossesse et ce, quelle que soit la pratique proposée. Donc en ce qui concerne les bains de bouche, je sais ce que moi je ferais en étant enceinte mais je n’ai pas la réponse pour vous.
          Je vous souhaite une merveilleuse grossesse et un magnifique bébé ,
          et le meilleur pour vous !

Les commentaires sont fermés.