Prendre du temps pour soi

En ce moment,  je suis une formation intensive de langue et je suis très sollicitée par cet enseignement  qui se déroule à temps plein.

J’avais libéré du temps !

Depuis plusieurs années, je travaillais chez moi et bien que très active, je trouvais toujours de longues plages de temps consacrées qu’à moi seule.

Des moments doux et délicieux pendant lesquels je me ressourçais, me recentrais, me régénérais.

« Bien sur, me direz-vous, il est facile lorsqu’on travaille chez soi d’avoir du temps pour soi ! »

Et bien ce n’est pas si évident que cela.

J’ai pu dégager de grandes plages de temps en éliminant drastiquement les activités  dans lesquelles  je n’avais rien à faire et qui me prenaient une énergie folle en « représentation ».

Mais là, je ne peux plus faire de même !

Je me suis aperçue que ce n’est pas tant ce que je fais qui me donne une impression de temps et d’espace mais la manière dont je me sens quand je le fais.

Forte de ces constatations, j’ai pu remarquer qu’en étant là, ici et maintenant, totalement présente dans mon corps, mes actions, mes pensées…. le temps se dilate et du coup, j’ai accès à un grand espace intérieur… Cela me permet de me sentir libre, détendue et « respirante » même avec un emploi du temps chargé.

Mais attention, cela me demande une vigilance de chaque instant car je peux très facilement me faire emporter par mon rythme de vie trépidant et perdre mon  propre rythme …. Et là je me sens débordée, je subis et de commence  à souffrir… Je commence à me contracter… Oh, , très légèrement au début, d’une manière quasi invisible mais presqu’immédiatement,  je suis emportée à l’extérieur de moi dans un rythme frénétique qui ne me correspond pas.

Mon challenge actuel : être centrée, calme et alignée au maximum même si mon temps est très pris et chaque minute compte quasiment !

Belle fin d’automne à tous !