Pourquoi l’imagination est-elle plus puissante que la volonté

Il y a près de 100 ans, Emile Coué a fait cette découverte :

« Lorsque la volonté entre en conflit avec l’imagination, à tout coup, l’imagination l’emporte ».

L’exemple qui est souvent utilisé est celui-ci :

Posez une planche de 20 cm de large et de 10 mètres de long sur le sol et traversez-la en marchant dessus d’un bout à l’autre. Facile et réalisable par tous, n’est-ce pas ?

Posez cette même planche à 20 mètres de hauteur, entre 2 immeubles et traversez-là de la même façon. L’exercice est beaucoup plus difficile et pourtant, c’est la même planche. Vous avez facilement traversé lorsqu’elle était posée sur le sol ! Alors, qu’est ce qui  fait la différence ? C’est l’imagination ! Dans le 2ème cas, il est très possible que vous puissiez envisager de tomber et vu la hauteur, de vous faire très mal, alors que dans le 1er exemple, vous n’aviez quasiment pas pensé à  la chute et même si vous l’avez fait, vous ne risquiez rien.

Cet exemple parait d’une grande simplicité, et il l’est. Par contre, il montre bien combien parfois nous pouvons avoir la volonté de réussir, une envie forte  mais que malgré tout nous n’obtenons pas les résultats souhaités. Si c’est votre cas, vérifiez bien que votre imagination -les images que vous avez à propos de votre projet, le scénario que vous avez créé-  ne vous crée pas de conflit interne. Vous devez vous sentir totalement en accord avec toutes les parties de votre projet.

Comment faire : en fermant les yeux et en y pensant, vous devez sentir que tout « coule », que l’énergie est fluide, que vous vous sentez bien… si ce n’est pas le cas, cherchez ce qui vous créé cette dualité intérieure et voyez comment vous pouvez la modifier. Il peut s’agir parfois d’une simple petite chose qui va faire que tout deviendra facile. Vous le saurez lorsque vous sentirez un « alignement intérieur » vous faire savoir que tout est OK.

Si je reprends l’exemple ci-dessus, après vous êtes intériorisé vous aurez la solution :

–           peut- être que ce projet n’est pas pour vous et que vous pouvez lâcher prise sur sa réalisation.

–          Ou peut-être que vous vous sentez capable de traverser mais à une hauteur plus basse.

–          Il est possible aussi que cela vous demande de développer vos compétences et suivre un entrainement : avec un funambule peut-être…


IL est évident que cet exemple est une métaphore. Personnellement je n’ai aucune utilité à traverser une planche. Par contre, je reprends le même principe pour tous mes projets.

Hier par exemple, j’ai eu envie de manifester un nouvel objectif.  Je me sentais complètement enthousiaste, inspirée et en accord total avec lui. Toutes les phases d’exécution me semblaient claires, justes et faisables.

Cette nuit, un petit point de rien du tout est venu me titiller et m’empêche de me sentir totalement sereine par rapport à sa réussite. Il s’agit vraiment d’une petite chose, d’un infime détail mais je vais devoir m’en occuper et en tenir compte car je sens bien que si je ne le fais pas, je ne pourrais pas aboutir au résultat que je souhaite.

Ce qui me permet de savoir cela, c’est qu’hier je me sentais intérieurement en accord total. Cela avait la forme d’une sensation corporelle harmonieuse. Ce matin, je ne sens plus ce même état harmonieux mais plutôt le sentiment que « quelque chose n’est pas aligné ». C’est une sensation assez subtile, je pourrais ne pas m’en apercevoir si je ne prenais pas le temps de m’intérioriser. Mais le simple fait d’y accorder de l’attention me permet de sentir cette disharmonie.

Je vous invite à repérer comment vous fonctionnez et quels sont les signaux que votre corps vous envoie. Nous en avons tous mais ils ne se manifestent pas forcément de la même façon. Une fois que vous les aurez distingués, vous aurez un point de référence qui vous permettra de savoir très vite où vous en êtes et cela vous permettra de vous réajuster très rapidement.