La puissance d’une pensée : ou comment grâce à elle mettre en place un comportement inadapté pour soi !

 Je sais, et j’en parle souvent tout au long de ce blog, que la pensée est extrêmement puissante et créatrice mais j’ai pu observer, dans une expérience récente, ce qu’elle induit dans notre vie et j’avais envie de le partager avec vous.

Il y a peu de temps, je me suis garée dans un endroit qui n’est pas autorisée à certaines heures de la journée. Mais au moment où j’y étais, cela était possible depuis quelques instants.

 

Or, voila que je croise un agent habilité  à faire appliquer le règlement.

Immédiatement une pensée puissante et pourtant fugace, – j’ai failli à peine la remarquer – me traverse :

« Il va penser que j’étais là avant l’heure autorisée ! »

Je  deviens  aussitôt observatrice de l’expérience car  je m’aperçois que je me sens coupable.  Et je constate qu’à cause de cela,  je commence à parler avec cette personne afin qu’elle « m’aime bien » et n’ai pas une  mauvaise opinion de moi. En fait je me justifie auprès d’elle.

Je remarque alors que je  sors de mon centrage pour aller dans une situation uniquement créée par ma pensée. Et j’ai pu voir comment  à partir de cette dernière,  la  vitesse à laquelle j’ai mis en place un fonctionnement et une relation à l’autre complètement faussée (je n’avais aucune idée de ce que cette personne pensait et en fait cela n’avait aucune importance ! N’empêche que mes actes indiquaient le contraire.).

Cela a été une expérience enrichissante car seule la présence à moi-même que j’ai eu sur l’instant m’a permis de déceler ce processus de pensée et l’implication que cela a eu au niveau de mon comportement…  Le plus édifiant et que cette pensée n’a duré qu’une fraction de secondes…

Extraordinaire, n’est ce pas ?

2 réflexions au sujet de « La puissance d’une pensée : ou comment grâce à elle mettre en place un comportement inadapté pour soi ! »

  1. Bonjour à vous,

    Et puis çà signifie peut-être aussi que vous projetiez des pensées critiques sur cette personne.
    C’est à dire que vous aviez jugé cet agent comme étant capable de « mauvaises intentions  » à votre égard.
    Croyant à ces pensées, vous avez réagi comme si l’autre allait vous « attaquer ».
    Vous avez donc utilisé la relation pour vous défendre d’une possible attaque de l’autre.
    A la base, on retrouve la notion de « jugement ».
    Enfin, c’est comme çà que je perçois l’expérience que vous nous avez relatée.
    Bonne journée
    Vinci

    1. Merci pour votre commentaire.
      Dans tous les cas, je peux dire qu’en effet, un jugement ou un pensée (ou les deux) étaient à la base et à l’origine de ce comportement.
      Belle journée à vous;

Les commentaires sont fermés.