Le ho-oponopono dans la vie de tous les jours

Je pratique le ho’oponopono depuis quelques temps déjà et plus je l’utilise,  plus je suis stupéfaite du résultat. Je vois combien cette pratique me permet de prendre ma responsabilité à 100% dans ce que je vis y compris dans les situations sur lesquelles je pourrais penser n’avoir aucun contrôle.

 

Je vous rappelle le concept : tout ce que nous voyions à l’extérieur de nous et qui nous dérange, sont en fait des vieilles mémoires que NOUS avons et que nous rejouons encore et encore. Le moyen le plus simple pour que ces dernières n’agissent plus, c’est de les dissoudre (avec le ho oponopono par exemple). Alors, seules les actions émanant de notre Être, de notre Divinité, Dieu intérieur, la source en nous (appelez cette partie comme vous voulez) se manifesteront dans la justesse puisqu’elles seront issues de la partie sage de nous même.

Je vous donne un exemple concret : j’ai lu dans le journal qu’une personne avait disparu. J’ai pris ma responsabilité à 100% dans cette situation en étant claire sur le fait qu’il s’agit de ma création (même si elle est inconsciente et  même si ce n’est pas ce genre de situation que j aime créer).

J’ai pensé à  l’individu qui a vraisemblablement enlevé cette personne et je lui ai parlé ainsi, de cœur à cœur :

–        Je suis désolée (de t’avoir créée, chère partie de moi, qui souffre tant et qui est dans une telle distorsion que tu as eu besoin d’enlever une autre personne)

–        Je t’aime (car tu es digne d’être aimé par moi, même si je n’approuve pas ce comportement)

–        Je m’excuse (de t’avoir jugé, critiqué, malmené à un tel point que tu as pu commettre cette action)

–        Merci (car grâce à toi, je vois que je suis porteuse de cette énergie déséquilibrée et je peux la guérir)

 

Je t’aime, pardon, je m’excuse, merci….

Je répète cela comme un mantra et le fait de faire le lien entre moi et cet autre Être, me permet rapidement de sentir une chaleur au niveau du cœur (en fait, je ne dis « Je suis désolée » qu’une seule fois, tout au début. Ensuite, je dis « pardon ».)

 

J’ai procédé de la même façon pour la personne enlevée :

–        Je suis désolée (de t’avoir créé, chère partie de moi qui a eu besoin de se mettre dans une telle expérience, plutôt pas facile)

–          Je t’aime

–          Je m’excuse (de t’avoir créé ainsi et que tu aies vécu cela)

–          Merci (grâce à toi, je peux guérir cette énergie de victime qui est présente en moi)

 

Je t’aime, pardon, je m’excuse, merci….

 

J’ai pris un exemple intense, pour vous expliquer  comment j’utilise cette pratique. Mais je le fait aussi de manière plus simple. Dans l’exemple ci-dessus, je n’ai aucun retour de ce que cela a donné pour ces personnes, je peux simplement me baser sur mon ressenti et ma certitude intérieure.

Par contre, j’ai utilisé cette méthode et j’ai eu des résultats concrets :

Sur un projet concernant le travail de mon mari, nous avons été  en relation avec une personne voulant abuser de son autorité. Cela créait un problème important pour un grand nombre de gens impliqués et avait des conséquences secondaires qui dépassaient largement le cadre du travail de mon conjoint.

Cette personne était agressive, hautaine, sure de son fait et voulait absolument appliquer ce qu’elle avait décidé sans tenir compte des situations délicates que cette décision  engendrait.

Pendant toute la conversation, j’ai  fait le ho oponopono :

–         Je suis désolée (de t’avoir créée, chère partie de moi, qui souffre tant de manque de confiance, que tu as besoin de t’imposer par la force)

–          Je t’aime (chère partie de moi, car tu le vaux bien et quoique tu fasses !)

–        Je m’excuse (de te juger, de te critiquer, de te trouver tyrannique et imbu de ta  personne)

–          Merci (car tu me montres cette partie de moi qui doit s’imposer avec arrogance pour être écoutée et entendue. Tu me permets d’en prendre conscience et de la guérir).

Je t’aime, pardon, je m’excuse, merci….

Dès le lendemain, la situation a été merveilleusement réglée pour le bien de tous. Cette personne n’avait plus du tout le même comportement : elle était devenue agréable, simple, à l’écoute. Elle a cherché comment régler au mieux la situation, comment faire en sorte que toutes les parties concernées soient satisfaites… Coïncidence ? Peut être ! Personnellement je n’y crois pas…

IL est évident que je n’ai pas de preuves tangibles au sens scientifique du  mot  à proposer, et d’ailleurs je n’en cherche pas.  La seule chose sur laquelle je me base c’est sur ce style de fait et sur ma conviction interne, mon intuition et aussi sur le fait que l’aile pour les malades délinquants psychiatrique d’Hawaï est maintenant fermée (celle où le Dr Ihaleakala Hew Len  a pratiqué cette méthode). Vous en saurez plus dans le livre ci-dessous.

4 réflexions au sujet de « Le ho-oponopono dans la vie de tous les jours »

    1. Bonjour Lucie,
      Merci pour votre commentaire, je suis ravie que cet article ait pu vous aider. C’est vrai que le ho oponopono est un outil très puissant, très efficace et pourtant tellement facile à utiliser.
      Je vous souhaite le meilleur
      Cordialement

  1. Merci beaucoup pour ce partage, Marie Christine.
    Je ne connaissais pas le ho’oponopono.
    Quelle excellente approche 🙂

Les commentaires sont fermés.